milieu, la Fédération recommande le financement par le gouvernement de l’ensemble des projets et programmes particuliers. Le mémoire insiste également sur la nécessité de tenir collectivement une réflexion sur les tenants et les aboutissants de la gratuité scolaire, afin que tous se posent la question : quelle école voulons-nous au Québec ? La collaboration est nécessaire pour l’implantation des maternelle 4 ans Le gouvernement a insisté en ce début de mandat sur la réalisation de sa promesse : implanter universellement la maternelle 4 ans. La FCSQ et ses membres ont insisté pour le travail de collaboration entre le ministre et le réseau. Le projet de loi no 5, Loi modifiant la Loi sur l’instruction publique et d’autres dispositions à l’égard des services de l’éducation préscolaire destinés aux élèves âgés de 4 ans, a été déposé le 14 février 2019. Pour septembre 2019, 250 classes ont été annoncées par le gouvernement. Les commissions scolaires ont insisté sur la nécessaire réflexion au sujet de la main- d’œuvre et des espaces indispensables pour l’implantation des maternelle 4 ans, partout au Québec. Taxe scolaire : une pleine compensation exigée Le gouvernement du Québec a concrétisé son intention d’abaisser la taxe scolaire à un taux unique. Il a déposé en décembre 2018 le projet de loi n° 3, Loi visant l’instauration d’un taux unique de taxation scolaire. La Fédération a participé activement aux consultations particulières sur ce projet de loi. Le mémoire déposé à cette occasion contient 20 recommandations, insistant sur la nécessité pour les commissions scolaires de recevoir la garantie de compensation financière pour pallier la baisse du montant de la taxe scolaire. Cette baisse de taxe, évaluée de façon conservatrice à 900 millions de dollars, s’ajoute à la contribution d’environ 670 millions de dollars, générée par la récente réforme du système de taxation. Cela représente un manque à gagner de 1,5 milliard de dollars. Le mémoire mentionne aussi que la baisse de taxe est à l’avantage des propriétaires, sans aucune garantie de réduction du fardeau des locataires, lorsque c’est le cas. Les grandes entreprises, de même que les propriétaires d’immeubles non-résidents du Québec, en profiteront également. Les commissions scolaires ont aussi insisté sur la compensation pour la perte liée à la baisse des revenus d’intérêts ainsi que l’importance pour elles de percevoir les montants découlant des nouvelles constructions. Récréations : tenir compte des détails Le ministre de l’Éducation a déposé en février 2019 un projet de règlement modifiant le Régime pédagogique de l’éducation préscolaire, de l’enseignement primaire et de